L’or gris : les EHPAD, un business à plusieurs milliards d’euros

 » On voyait la vague arriver… c’était notre pire cauchemar. On se disait, mon Dieu. Je n’ai jamais rien vu de tel. »

Eileen Chubb, lançeuse d’alerte et fondatrice de Compassion in care, une association caritative britannique. Elle se souvient de son sentiment d’horreur, quand elle observait le ravage du Covid-19 sur les EHPAD européens.

« Je dois gérer 400 EHPAD, tout seul avec ma secrétaire. Il faudrait que je passe faire un check dans deux établissements par jour, pendant un an. En plus, je dois aussi aller contrôler les établissements qui viennent d’ouvrir ».

Giuseppe Greco, Président de la commission de surveillance de l’Autorité de Santé locale de Turin

 » Les personnes âgées ne méritent pas d’être traitées de la sorte. Personne d’ailleurs. Je suis brisée par ce à quoi j’ai assisté là-bas, les manquements que j’ai vus. Et l’année suivante, rebelotte. Et tout le monde s’en fiche. Tout le monde. »

Une ancienne inspectrice des EHPAD allemande qui préfère rester anonyme.

Une population de plus en plus âgée, des subventions publiques pérennes, voici la recette parfaite pour faire briller les yeux des investisseurs.euses en quête de business profitables. En Espagne, plus de 80% des EHPAD sont entre les mains de sociétés qui opèrent à but lucratif. Au Royaume-Uni, c’est 76%. En Allemagne, 4 établissements sur 10 sont gérés par des prestataires privés.

Ces quatre dernières années, les 25 plus grosses multinationales du secteur ont augmenté leur capacité d’accueil de 22%. Orpea, leader sur le marché européen, a vu le cours de ses actions doubler depuis 2015. Le groupe Korian, deuxième sur le podium, vient d’annoncer qu’il venait de s’offrir de nouveaux établissements en Italie et au Royame-Uni. DomusVi, troisième sur la liste, est basé en France. Le groupe appartient à une structure qui compte pas moins de 11 intermédiaires qui opèrent depuis le Luxembourg ou les îles anglo-normande, pour des raisons d’ « ingénierie financière ».



Les journalistes d’Investigate Europe et ses partenaires, ont enquêté sur 15 pays, du Portugal à la Suède, et ont découvert plusieurs éléments inquiétants :

  • Une part de plus en plus importante des fonds publics alloués aux EHPAD pour les soins, finissent dans les coffres des multinationales. Ce marché a de gros potentiels car plus de 220 milliards d’euros de fonds publics sont versés chaque années aux sociétés gérant les EHPAD, selon les données de l’OCDE.
  • Les sociétés à but lucratif gèrent la majeure partie des établissements. Les 25 plus gros groupes européens hébergent déjà 455000 personnes dans le besoin. Ils ont augmenté leurs capacités d’accueil de 22% en quatre ans, selon les recherches qu’Investigate Europe a basé sur Pflegemarkt.com, le fournisseur de données publiques commerciales.
  • Certaines sociétés empêchent leurs salarié.e.s de rejoindre des syndicats ou de se battre ensemble pour de meilleures conditions de travail. Les soignant.e.s qui bravent cet interdit en paient souvent les conséquences.
  • Les investisseurs.euses entrent en nombre sur le marché des EHPAD. Investigate Europe a identifié 30 fonds de capital-investissement actifs sur ce marché. Ces financiers anonymes échappent souvent à l’impôt sur les profits gagnés grâce à l’argent public. Ils transfèrent leurs bénéfices dans des paradis fiscaux.
  • La privatisation galopante des EHPAD, dans de nombreux pays européens, implique des réductions de personnel, et des lacunes dans la qualité des soins. Les gouvernement, en ne surveillant pas correctement ces opérations, font obstacle au respect des normes et des standards qui devraient être respectés.
  • Dans de nombreux pays, les contrôles qualités et les inspections ne sont que très rarement effectués et se basent souvent sur les documents compilés par les établissements eux-mêmes.

Comment ce marché si profitable a-t-il réussi à pénétrer ce secteur en mauvaise santé financière et en sous-effectif ? Pourquoi les gouvernements ont-ils permis cela ? Quelles sont les conséquences ? Et surtout : existe-t-il une alternative à se faire de l’argent sur le dos des personnes âgées ?

Combien les gouvernements dépensent-ils pour les EHPAD ?

Calculé sur la base d’un pourcentage du PIB

Lisez-en plus grâce à nos médias partenaires et sur notre site. Il s’agit d’une enquête en cours, qui sera régulièrement mise à jour.

articles associés