Covid-19 : Un vaccin pour tous ?

Celle que l’on appelle “Big Pharma” et qui est l’une des industries les plus lucratives au monde, n’a pas pour habitude de donner la priorité au développement de nouveaux vaccins. C’est un investissement risqué et la production des médicaments est bien plus rentable.

Des milliards de fonds publics sont dépensés pour financer la recherche et le développement des médicaments que l’on trouve sur le marché. D’ordinaire, seule une petite fraction de cet argent est allouée au développement de nouveaux vaccins. 

Le Coronavirus a inversé la situation : aujourd’hui le parent pauvre de l’industrie du médicament a tous les projecteurs – et les fonds publics – braqués sur lui.

Les reporters d’Investigate Europe ont suivi la trace de cet argent public consacré à la recherche du vaccin contre le Covid-19. Ils et elles ont découvert que la majorité de ces subventions et de ces prêts sont attribués, sans s’assurer du fait que le vaccin soit accessible à tous et toutes, partout dans le monde. Si rien n’est fait pour éviter le “nationalisme vaccinal”, c’est la population qui, au final, en subira les conséquences.

Lisez toute notre enquête grâce à nos articles listés ci-dessous et publiés dans nos médias partenaires. Cette enquête étant toujours en cours de publication, nous continuerons d’ajouter les articles au gré de leurs publications.


Les États européens sont pour l’instant incapables de garantir un accès équitable à un futur vaccin contre le Covid

Jamais le développement d’un vaccin n’aura coûté si cher aux contribuables. Ni les recherches sur Ebola, ni celles sur le Sida, n’auront reçu autant de fonds publics dans un laps de temps aussi court. Pourtant, rien n’est fait pour empêcher un accaparement de ces recherches par des intérêts privés.

Après presque trois heures de visioconférence, la concentration a quitté l’assistance. Pas moins de 60 premiers ministres, présidents et représentants de familles royales se sont déjà succédé devant leurs webcams. Comme dans un Téléthon VIP, les chefs d’États ont montré qu’ils savaient faire preuve de générosité. Nous sommes lundi 4 mai, à l’heure de la sieste, au cœur de la grande conférence des donateurs, parrainée par l’UE, la Norvège, l’Arabie saoudite, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France. Objectif : recueillir 7,5 milliards d’euros au profit de la recherche sur le Covid-19 (tests, médicaments, vaccins).

Lisez l’enquête de Leïla Miñano